> Accès rapide

> En bref

Le prochain conseil municipal aura lieu le jeudi 7 septembre à 20h30, salle du conseil.

 

demarches en ligne

a votre ecoute

rdv elu

> Les chantiers

 

Le programme de restauration des bâtiments communaux et des créations d'équipements mis en place depuis 2008.

Le projet : Le projet est conçu en deux temps : ce sera d’abord la construction, à partir de janvier prochain, d’un équipement qui abritera le centre de loisirs et l’espace jeune, et dans quelques années, celle du pôle social. Un seul et même projet en deux temps qui s’inscrit dans une démarche forte de performance énergétique et environnementale. Le bâtiment s'implantera sur une une prairie qui se trouve dans la continuité de l’espace occupé par l’école maternelle, donc au plus près des écoles.

La prise en compte des besoins : Un étude réalisée en 2012 à la demande de la municipalité a mis en évidence le besoin d'un équipement structurant concentrant deux pôles : le pôle enfance et le pôle social. Il s'agit d'accueillir principalement les enfants du Centre de loisirs, de l'Espace jeune ainsi que de fournir des espaces mutualisable pour la garderie, les TAP, par exemple. Le Pôle social pourra abriter quant à lui les permanences sociales, les bureaux de l'ADMR et du Centre social.

Un bâtiment écologique : La conception bioclimatique du projet (oriention du bâtiment optimisée pour profiter au mieux de l'ensoleillement et se protéger des vents dominants) est associée à une enveloppe très performante qui permettra d'anticiper le future réglementation thermique de 2020. Voici les principes qui guideront la construction de ce prochain équipement :

- minimiser l'impact de la voiture sur le site par un regroupement du stationnment en dehors des parcelles
- promouvoir les éco-matériaux (murs en paille, ossature bois, toits végétalisés)
- valorisation des énergies renouvelables (chaudière à granulés de bois)
- gestion des eaux pluviales avec mise en place de noues et de citernes d'eau pluviale
- promouvoir le lien social avec la mutualisation de certains espaces : jardins partagés, placette de rencontre...

 Le projet en images


L'emplacement de la future Maison de l'enfance et des services

Vue sur l'entrée principale depuis le parking

Vue sur les cours du pôle enfance

Façade nord

Façade ouest

L'ensemble de l'équipement avec le pôle enfance et le pôle social cerné en rouge


- La salle des sports

La rénovation de la salle des sports a été réalisée en deux tranches pour ne pas perturber l’utilisation de l’équipement. Une première tranche, réalisée en 2008, a porté principalement sur la structure du bâtiment, l’éclairage et l’isolation thermique du gymnase, le chauffage des vestiaires.
La seconde tranche, réalisée en 2009 était destinée principalement à améliorer l’aspect du bâtiment et le confort des usagers (mise en peinture, pose d’une surtoiture chaude pour le gymnase

> Coût total des travaux : 258 000 € ( dont 50% de subventions du Conseil Général, du Pays de Brocéliande et de la Communauté de Communes)

- L'église St Pierre

Menacée de fermeture par les services préfectoraux, l’église St Pierre, érigée au XIXème siècle, présentait de nombreuses défectuosité qui pouvait mettre en danger la sécurité des personnes, autant que la pérennité du bâti.
En septembre 2009 ont  débuté les travaux de réfections portant principalement sur la charpente et la maçonnerie. Télécharger le panneau explicatif.

- Le restaurant scolaire

C’est peu dire que le bâtiment était attendu : avec près de 450 repas par jour, il était temps de pousser les murs, de le remettre en conformité avec les règles d’hygiènes et de sécurité, de le rendre agréable et accueillant. Initié sous le mandat précédent, le projet a donc fortement évolué afin de l’inscrire dans une démarche de développement durable.

Les solutions retenues pour réduire la consommation d’énergie et améliorer le confort :

Isolation du bâtiment
Isolation des murs extérieurs et des plafond en ouate de cellulose
Remplacement de toutes les menuiseries par des menuiseries en aluminium avec un double vitrage performant

Économie d’énergie
Installation d’une ventilation double flux avec récupération d’énergie
Création de puits de lumière naturelle
Détecteurs de présence dans le WC pour l’éclairage
Création de sas d’accueil au Nord pour créer une zone tampon et limiter les courants d’air

Confort acoustique

- Abaissement des plafond
Installation d’un revêtement de sol spécifique (Flotex)

Économies d’eau

Récupération d’eau pluviale : citerne de 3000l pour l’alimentation des WC et l’arrosage en été.

- Le cinéma

En juin 2010,  ont débuté les travaux de terrassement  du nouveau cinéma, en lieu et place de l’ancien camping municipal. La construction du cinéma est inscrite au contrat de territoire 2006- 2013 de la Communauté de Communes de Brocéliande. La commune en assure la maîtrise d’ouvrage à la demande du Président de la Communauté de Communes de Brocéliande. Consultez l'article consacré au cinéma sur le Plélan-Mag de juillet 2009

- Le plateau sportif

Initié par le Conseil Municipal des jeunes, le plateau sportif a vu le jour le 7 mars 2012. Installé sur le vélodrome, il a dès sa création été pris d'assaut par des jeunes trop heureux de pouvoir s'adonner aux jeux de ballon en plein milieu du bourg.

- Le parcours santé

Depuis octobre 2012, l'étang de Trégu, accueille sur ses rives, un parcours d'agrès sportifs et ludiques. Une façon originale de valoriser un site naturel et de s'oxygéner en famille.

- L'école maternelle publique

Inscrite parmi les actions prioritaires de l’Agenda 21 communal, la rénovation et l’extension de l’école maternelle  ‘‘Les mains vertes’’ débutera dès janvier 2013. Un projet ambitieux, au service des enfants et des enseignants, mais aussi soucieux de l’environnement. Au total ce sera près de 260m2 qui viendront s'ajouter au 600m2 existant pour un coût total de 660 000 € HT. Télécharger le dossier consacré à l'école publié en novembre 2012.

La commune a créé deux jardins au coeur même de la commune, l'un se trouve rue de la Vallée du Cast, le jardin de l’Osier et le second rue du Fief, le jardin aux Bambous. Au départ il s’agissait de terrains communaux, pâtures non utilisées qui présentaient un réel intérêt en terme d’emplacement et de biodiversité. Au final, la commune propose des jardins où alternent aires de repos et espaces-jeux, tout en garantissant une réelle exigence écologique.

Afin de souligner l’intérêt pédagogique de ces jardins des panneaux d'interprétation sont placés dans chacun des parcs et proposent une explication très visuel à tous les promeneurs : Comment fonctionne une prairie humide ? en quoi  favorise t-elle la biodiversité végétale et animale ? Quel est le rôle de la prairie humide dans la protection des sols ?

Maîtrise d’oeuvre : Agence des paysages Lebert
Espaces verts et cheminement : La Nature Dominelaise
Mobilier et passerelles : Bois Loisirs & Création


Afin de répondre à un besoin de création de nouvelles concessions, la municipalité avait engagé en 1998 une réflexion sur l’aménagement de son espace funéraire, réflexion qui a été poursuivie par l’actuelle équipe municipale.

Ce sont en tout 4000m2 de parc paysager qui sont venus s’ajouter dans la continuité des 8700m2 existants pour donner à ce cimetière traditionnel des allures de parc paysager.

Les + du nouveau cimetière
Favoriser une intimité propice au recueillement
Agrémenter l’extension de massifs arbustifs et de plantes couvre-sol
Installation d’un colombarium pour recevoir les urnes cinéraires
Installation de cavurnes (sorte de caveaux enterrés qui reçoivent et protègent les cendres)
Mise en place d’un ‘‘Jardin du souvenir’’ (espace conçu spécialement pour disperser les cendres)

Maître d’oeuvre : bureau d’étude Laurent Couäsnon de Rennes

> Coût total des travaux : 320 000 €

La digue en novembre 2012 pendant les travaux et en novembre 2013 après travaux

Située à la limite Nord-est des communes de Plélan-le-Grand et de Saint-Péran, la digue de Trécouët a cédé sous les assauts de la tempête de 1999. Une démarche de conciliation a été entamée dès 2008 avec le propriétaire de l’étang en aval pour procéder à la réparation de l’édifice. Récit d’une reconstruction pierre après pierre.

L’environnement des abords de la digue a bien changé depuis quelques mois. Hier, il était touffu et inaccessible, et c’est aujourd’hui une vaste clairière qui s’ouvre avec la digue en son long comme une colonne vertébrale. En quelques mois, il a fallu aménager un accès jusqu’au point de rupture de la digue en abattant les arbres et en éclaircissant une végétation qui avait tout naturellement repris ses droits. En décembre 1999, la pluviométrie exceptionnelle avait provoqué une surverse de l’étang sur la digue et créé ainsi une brèche restée béante jusqu’à l’automne dernier. Cette brèche est aujourd’hui comblée et l’ensemble de l’édifice a été renforcé par la création d’une plate-forme de soutien en aval. Ce fut également l’occasion d’installer de nouvelles canalisations en dehors de la digue ainsi que des systèmes hydrauliques de vidanges mieux dimensionnés en cas de crues importantes.

Mais l’ampleur du chantier se trouve peut-être plus encore dans la gestion administrative du dossier. Suite à l’épisode de rupture de la digue, deux propriétaires de petits étangs en aval portent plainte contre la commune. Les municipalités de Plélan et de Saint-Péran en place à l’époque ne souhaitent pas s’engager dans la voie de la négociation et décident de se lancer dans une procédure longue, complexe et particulièrement coûteuse pour la collectivité. Sans aucun résultat probant, puisque la justice donne raison aux propriétaires et condamne la commune le 13 décembre 2007 à dédommager les propriétaires des étangs situés en aval (Le Gué Charet et l’Etunel) et à réaliser les travaux de réparation de la digue. La municipalité débourse alors près de 124.000 € de frais d’indemnisation en faveur des deux propriétaires. L’étang de Trécouët, est sans nul doute celui qui a été le plus durement impacté par la rupture de la digue, cependant la famille Maguin, propriétaire, n’a pas encore saisi le tribunal. Et une procédure est envisagée par avocats interposés entre les différents acteurs.

Dès mars 2008, la nouvelle équipe municipale a souhaité entamer une démarche de conciliation avec ce propriétaire. A l’issue de la première rencontre avec toutes les parties concernées et les avocats respectifs, la famille Maguin a accepté la tentative de négociation à l’amiable proposée par le Maire, en appréciant cette démarche qui leur était proposée pour la première fois depuis 1999, le dialogue se faisant jusque-là par lettres recommandées et avocats interposés. ‘‘Confortés dans cette démarche amiable par la commune de Saint-Péran et le Syndicat des Eaux de la Forêt de Paimpont, également mis en cause dans ce dossier, nous avons poursuivi le dialogue jusqu’à aujourd’hui.’’ commente le Maire.

Engagés dans un marathon administratif et appuyés par les différents services de l’Etat sur les aspects techniques et environnementaux liés à la reconstruction et à la remise en eau de l’étang, la dernière ligne droite de ce marathon a été parcourue à la fin de l’été dernier en CODERST * qui après un long débat a donné l’aval définitif à la reconstruction. La digue est ainsi aujourd’hui de nouveau debout, et pour longtemps.

Coût global : 500 000 € (Etudes+ réparations+honoraires+ condamnation)

Subventions : 150 000 € (Etat)

*Conseil Départemental de l’Environnement des Risques Technologiques et de la Sécurité